Sortie en salle : Voleur d’histoire

045556.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx
Une comédie dramatique d’1h23 réalisée par Frédéric Andréï. Avec Frédéric Andréï et Hervé Hiolle.

Musique originale : Michel Magnien/Virtuel Audio.

Sortie le 29 juin 2016.

Pour son troisième film, « Voleur d’histoire »Frédéric Andréï, qu’on a scrupule à réduire au petit postier de « Diva » de Jean-Jacques Beineix, s’est clairement mis dans les pas de Joseph L. Mankiewicz.

Ce parrainage énorme, il n’est pas le premier à le chercher, mais il est un des seuls à le mériter. Affirmer, tout de suite, que « Voleur d’histoire » de Frédéric Andréï a le droit de se mesurer au « Limier » du grand Mankiewicz, c’est dire tout l’intérêt du film.

Ce qui ne pourrait être qu’un exercice théorique à deux personnages est, comme chez l’auteur de « Eva » une fantaisie subtile, bourrée de fausses pistes et de chausse-trapes, une manipulation élégante dont on sort sans certitude, sauf d’avoir participé personnellement à un jeu avec son réalisateur et ses acteurs.

Qui est Vincent ? Qui est Pierre ? Qui en sait plus sur l’autre ? Pierre a-t-il acheté Vincent pour le manipuler ou tout ce qui se passe – ou ne se passe pas – est-il le fruit des circonstances ? Qui, des deux, est le « voleur d’histoires » ? Celui qui l’écrit ? Celui qui la suggère ?

On est tellement dans le plaisir sans fin du questionnement qu’on pourrait ne pas en dire plus sur l’enjeu du film et, pire encore, sur son dispositif singulier…

Dans un grand appartement parisien, près de Denfert – ou de l’enfer? -, un écrivain subissant la page blanche engage un « assistant » qu’il paye à s’asseoir dans la pièce d’à Continuer la lecture de Sortie en salle : Voleur d’histoire

13ème Rue : Caméléon


Un série documentaire de 6 x 55′ de Sebastian Perez Pezzani, Gaël Mocaër , Cyril Thomas et Grégory Roudier produite par Capa .

Mixage : Virtuel Audio.

Diffusion « Prisonnier à Palmasola » mardi 14 juin à 22h35.

Traverser la frontière américaine avec des clandestins latinos, plonger dans les entrailles d’une mine d’or malaisienne, traquer des voleurs de zébus malgaches… Sebastian Perez Pezzani n’a peur de rien. Fils d’une opposante à la junte militaire uruguayenne exilée en France, ce reporter chevronné (Tracks, Les Nouveaux Explorateurs) a déjà sillonné, caméra au poing, les bidonvilles de la planètes. Dans Caméléon, série documentaire en immersion produite par Capa, il se fond dans le décor pour pénétrer les zones les plus hostiles au monde.

Bande-son musclée, arrêts sur image à gogo, gros bras tatoués qui égrènent leurs forfaits… Le premier volet prend ses quartiers à Palmasola, la plus grande prison bolivienne autogérée par ses détenus. La plus dangereuse aussi. Cet enfer à ciel ouvert rassemble les pires caïds et assassins du pays. Si la violence fait loi à coups de machettes ou de battes de bois, certains prisonniers y vivent avec leu famille, se nourrissent au restaurant et fréquentent des prostitués au nez et à la barbe de centaines de laissés-pour-compte. Un système à deux vitesses où la survie passe par la brutalité.

(Crédit : Télérama – Eléonore Colin)

14/06 – Prisonnier à Palmasola. Un film de Gaël Mocaër et Sebastian Perez Pezzani.
21/06 – Les mines d’or de Paracale. Un film de Sebastian Perez Pezzani et Cyril Thomas.
28/06 – Clandestin au Mexique. Un film de Cyril Thomas et Sebastian Perez Pezzani.
05/07 – Opération zébus. Un film de Gaël Mocaër et Sebastian Perez Pezzani.
12/07 – Villa Miseria. Un film de Gregory Roudier et Sebastian Perez Pezzani.
19/07 – Légiste au Salvador OU Dans l’enfer du Salvador. Un film de Sebastian Perez Pezzani et Gaël Mocaër.

VR360 : Afrospot VR avec Tony Allen

TonyAllen-Flyer-A5-internet

Art Témoin, Virtuel Audio & VeRy Good Music !, et Comet présentent AFROSPOT VR. Un concert de Tony Allen + guests diffusé ensuite en réalité virtuelle VR360

Dimanche 5 juin à 20h au Jazz Club Étoile de l’hôtel Méridien Porte Maillot.

Relier la créativité foisonnante de l’Afrique et les nouvelles technologies de l’image et du son, c’est l’ambition d’AfroSpot VR.

Tony Allen, musicien nigérian installé à Paris, est l’un des plus grands batteurs de jazz vivants. A la fin des années 60, il a inventé avec Fela Kuti un nouveau style musical, l’Afrobeat, dans un club mythique de la bouillonnante scène de Lagos, l’Afro Spot.

Infatigable chercheur avant-gardiste, il continue d’explorer et il est à l’initiative d’AFROSPOT VR projet novateur de soirées réunissant musique et réalité virtuelle.

Ces concerts seront uniques à plus d’un titre : d’abord par la qualité des musiciens invités. Chaque mois, Tony Allen conviera dans un club de jazz des musiciens avec lesquels il a collaboré au long de sa longue carrière (Brian Eno, Damon Albarn, Jimi Tenor pour ne citer que quelques uns) sans limitation de style (afrobeat, jazz, rock, hip hop, électro, etc..). La première édition aura lieu à Paris le dimanche 5 juin au Jazz Club Étoile qui vient tout juste de ré-ouvrir après une rénovation complète.

Ensuite par la très haute précision de leur sonorisation : la salle sera spécialement équipée pour que le son soit reproduit en 3D immersif.

Enfin parce qu’on pourra revivre le concert grâce à la réalité virtuelle (VR360) depuis n’importe où sur la planète : une captation vidéo sera effectuée avec des caméras et micros de dernière génération utilisés pour la VR360. Avec un casque (Samsung Gear, Oculus Rift ou Smartphone dans son Cardboard) les spectateurs pourront revivre en réalité virtuelle le concert sur différentes plateformes, dont le réseau social VrtuoZ qui est le premier réseau social dédié à la VR. Ils pourront y inviter leurs amis (sous forme d’avatars) dans la salle de concert et les rejoindre à différents emplacements : on se retrouvera sur scène à la place du batteur, au milieu des musiciens, ou bien assis à la meilleure place dans la salle au milieu du public.

Informations pratiques

Adresse : Jazz Club Étoile Hôtel Méridien 87 rue Gouvion St Cyr 75017 Paris Métro Porte Maillot
Horaires du concert : 3 sets, de 20h à minuit
Tarif : 30 €
Billet VIP : 50 € incluant une rencontre de 18h à 20h avec les pros de la réalité virtuelle et les meilleures places réservées dans la zone VIP pour le concert.
Tarif étudiant et chômeur : 20 € (sur présentation d’un justificatif)
Conception technique : Virtuel Audio
Contact : +33 1 56 56 81 10
Organisation du concert : Art Témoin / Eric Münch
06 11 72 77 24

Mail : afrospotvr2016@gmail.com
Site web : www.afrospotvr.com
Billets en vente en ligne sur Weezevent
www.weezevent.com/afrospot-vr
Presse: Very Good Music !
Robert Dray : 06 14 29 37 70

Nous vous recontacterons fin juin pour vous donner accès à un titre du concert.

Arte : Inondations, une menace planétaire

Inondations
Un documentaire de 90′ réalisé par Marie Mandy, écrit par Nicolas Koutsikas, Emeraude Zervoudis et Marie Mandy. Coproduction Arte France, Georama TV, NHK, HLJBS, Macguff, Luna Blue et RTBF.

Prise de son : Patrick Mauroy/Virtuel Audio.

Diffusion mardi 12 avril à 20h55.

Les grandes mégapoles côtières sont de plus en plus menacées par les inondations. La mer monte et surtout les grandes villes construites sur les deltas s’affaissent. De nombreuses villes, comme New York, sont mal protégées. D’autres comme Bangkok, sont sans solution face à cette menace. Comment anticiper et prévenir les risques d’inondations et leurs conséquences désastreuses ? Faudra-t-il un jour abandonner ces grandes métropoles qui sombrent inexorablement ? Aujourd’hui, une science pluridisciplinaire et internationale tente d’élucider les mécanismes de ces phénomènes et d’imaginer des solutions durables. Une investigation à l’échelle mondiale.

Les récentes inondations catastrophiques à New York, Bangkok et la Nouvelle-Orléans ont révélé l’extrême vulnérabilité de plus de 136 villes côtières face à la violence de la mer. De plus, ces méga-cités sont menacées par un phénomène inédit : l’affaissement des sols. En effet, la plupart des villes situées sur les deltas s’enfoncent, phénomène qu’on appelle la subsidence.

L’activité humaine est en cause : le pompage excessif des nappes phréatiques, la multiplication des barrages, l’urbanisation chaotique et galopante des nouvelles mégalopoles ou encore des phénomènes de liquéfaction du sol, en particulier Continuer la lecture de Arte : Inondations, une menace planétaire

Arte : Irrespirable, des villes au bord de l’asphyxie ?

INDE.Copy.08.Sub.01 (2)
Athene.Copy.04.Sub.01 (2)
INDE.Copy.01.Sub.01 (2)
Paris-0725_01_10 (2)

Un documentaire de 90′ réalisé par Delphine Prunault, écrit avec Valérie Rosselini et produit par Scientifilms.

Mixage : Christophe Millet/Virtuel Audio.

Musique originale : Michel Magnien, Ludovic Sagnier, Jochris Gomez et Damien Salançon/Virtuel Audio Musique.

Diffusion mardi 26 janvier à 20h55.

La pollution atmosphérique touche neuf urbains sur dix et tue sept millions de personnes par an dans le monde. Elle raccourcit aussi nos vies : six mois d’espérance de vie perdus à Paris, trois ans à New Delhi. Les études sanitaires sont accablantes.

 Les images de la Chine et de ses épisodes d’alerte, dignes d’un « airpocalypse », nous effraient, les nuages toxiques dans la plupart des métropoles indiennes nous choquent … Mais en réalité, toutes les mégalopoles du monde sont touchées. Les intenses pics de pollution à Paris nous le rappellent chaque hiver. A différentes échelles, aucune grande ville de la planète n’y échappe, aucune n’a éradiqué cette menace.

Les responsables sont des gaz et des particules fines rejetés dans l’atmosphère par l’activité croissante des usines, du chauffage urbain, du transport routier et même de l’épandage agricole. Les sources sont multiples et les phénomènes de pics de pollution complexes car l’atmosphère est  un immense réacteur chimique.

Le film dresse d’abord un état des lieux édifiant des points chauds de la pollution de l’air sur la planète. Des zones critiques en Chine et en Inde qui exposent les populations à des risques sanitaires majeurs. Des habitants, prisonniers des émissions de gaz et de particules toxiques, mettent leur santé en danger et témoignent de leur peur et de leur colère.

Le film met en lumière les travaux des scientifiques – des études épidémiologiques à la recherche de pointe – qui accumulent les preuves depuis une dizaine d’années. Les experts internationaux sont unanimes : l’air que nous respirons Continuer la lecture de Arte : Irrespirable, des villes au bord de l’asphyxie ?

COP21

A01
A02
A03
A04
A05
A06
A07
A08
A09
A10
A11
A12
A13

Documentaires Arte de 52′ et 90′ réalisés par Jérôme Bouvier. Film en Imax, plateforme digitale (www.wildtouch-expeditions.com) et programme pédagogique réalisés par Luc Jacquet.

Production : Paprika Films / WILD Touch Production /Andromède/ARTE.

Prise de son : Éric Münch/Virtuel Audio.

Éric Münch est en Terre Adélie (Antarctique) avec l’équipe de Luc Jacquet pour la prise de son de deux documentaires pour Arte, d’un film en Imax  pour la Géode et d’un programme pédagogique tourné en réalité virtuelle 360° (VR 360).

L’ambition de ces programmes est de toucher les consciences à propos des dangers que court notre planète. Elle subit en très peu de temps une dégradation sans précédent de sa biodiversité ainsi qu’une destruction de tout ce qui la fait vivre.

Le documentaire de 52′ sera consacré à l’adaptation des animaux aux conditions extrêmes ainsi qu’aux conséquences du réchauffement climatique sur la faune et la flore antarctique.

Le documentaire de 90′, nous fera découvrir la Terre Adélie à travers le regard de deux photographes. L’un d’eux, Vincent Munier Continuer la lecture de COP21

France 5 : Quai d’Orsay, au cœur de la diplomatie française

QUAI 003 (2)
Quai 004 (2)
QUAI 002 (2)

Un documentaire de 80′ d’Amal Mogaïzel produit par Arnaud Hamelin/Sunset Presse.

Prise de son et mixage : Virtuel Audio.

Diffusion mardi 27 octobre à 20h40.

Le Quai d’Orsay est l’un des lieux les plus importants de la République. Les plus secrets aussi.  Le plus vieux service diplomatique du monde après le Foreign Office. Avec ses 156 ambassades, le Quai est le troisième réseau diplomatique du monde après celui des Etats Unis et de la Chine.

 Depuis plus d’un siècle et demi, « le Quai » est le cadre de grandes négociations internationales comme le traité de Paris de 1856 qui mit fin à la guerre de Crimée ou le traité de Versailles de 1919. C’est également dans cet hôtel que fut forgé le processus de l’unité européenne. Mais ce fameux Quai, est-il toujours efficace face à la redistribution des cartes à l’échelle mondiale, la chute des dictatures, face au terrorisme, aux prises d’otages, à la politique nucléaire iranienne, à la guerre civile en Syrie, en Irak ?

L’influence de la France est-elle croissante ou décroissante ? La France a-t-elle les moyens de nos ambitions. En fait la France aujourd’hui est-elle assez forte et respectée pour faire pencher la balance, imposer ou décider seule ?

L’idée de ce documentaire est de montrer comment le Quai d’Orsay et ses ambassades dans le monde font le «  job », et s’ils ont vraiment les moyens de peser sur la situation internationale.

Arte : Michel Audiard (j’parle pas aux cons, ça les instruit)

Audiard

Un documentaire de 53′ d’Yves Riou et Philippe Pouchain produit par Cinétévé.

Prise de son : Eric Münch/Virtuel Audio.

Diffusion dimanche 11 octobre à 22h15.

Trente ans que le type à la casquette a cassé sa pipe. Et voilà, enfin, un documentaire qui ne se contente pas d’empiler les dialogues qui flinguent. Dans ce portait, il y a d’ailleurs plus d’images de vélo que de scènes de films, et plus de littérature que de cinéma. Il était une fois, donc, un gosse abandonné du 14e arrondissement, qui passe son certif et puis c’est marre, veut devenir coureur cycliste, mais finit livreur de journaux, puis journaliste, puis critique de cinéma, puis auteur de polars, puis dialoguiste parce que les mots lui viennent plus vite que le petit blanc coule au zinc. Il était une fois, surtout, un mec à genoux devant Rimbaud et Céline, mais faisant mine de ne pas être intello par pudeur et pour emmerder la Nouvelle Vague ; un grand désillusionné, aussi, depuis que, tout jeune homme, il fut le témoin écoeuré de l’épuration, avec lynchage par les « braves gens » d’une petite nana trop peu farouche avec l’occupant et qu’il aimait bien.

Se méfier des hommes et n’en aimer qu’une poignée, telle était la ligne de conduite de ce grand partisan des « copains d’abord », qui faisait ses deuils en silence et avec de l’encre (La Nuit, le jour et toutes les autres nuits est disponible en poche). On connaît les copains les plus célèbres : Blier, Ventura, Serrault, Gabin, Carmet, Maurice Biraud et… Mireille Darc, et ils sont tous là dans des archives épatantes et rieuses. En bonus d’intelligence : Jacques Audiard, qui décrypte si bien son père. On sort de ce documentaire ému, instruit, et moins con.

(Crédit : Guillemette Odicino / Télérama)

France 5 : Le jour où…

C3Une série documentaire de Laurent Portes et Laurent Joffrin produite par Et la Suite..! Productions.

Prise de son, sound design, mixage : Christophe Millet/Virtuel Audio.

Musique originale : Michel Magnien, Christophe Millet, Ludovic Sagnier, Damien Salançon/Virtuel Audio Musique.

Diffusion de, « Le jour où… Churchill a choisi la guerre », dimanche 20 septembre à 22h25.

La série…

Ce sont les hommes qui font l’Histoire. Les forces sociales, les relations internationales où les courants idéologiques jouent certes un rôle important. Mais en période de crise ou de guerre, selon qu’un responsable prend une décision ou une autre, selon qu’un chef d’État choisit telle ou telle solution, tout bascule. Laurent Portes propose de raconter quelques-unes de ces journées cruciales où l’action d’un homme seul a décidé du cours de l’Histoire.

Episode 1: Le jour ou Churchill a choisi la guerre…

Peu d’hommes dans l’histoire de l’humanité peuvent dire : « Ce jour-là, j’ai sauvé le monde ». Winston Churchill est de ceux-là. Ce 20 mai 1940, alors qu’il est Premier ministre depuis dix jours et que les panzers allemands ont déjà balayé les armées anglaises et françaises, il doit affronter ses propres ministres autour d’un dilemme décisif : engager l’Angleterre dans une guerre contre l’Allemagne, comme il le préconise ou suivre Neville Chamberlain, ministre de la Guerre et le comte d’ Halifax, ministre des Affaires Etrangères qui prônent, eux,  le rapprochement avec Hitler. L’enjeu de cette bataille  n’étant rien d’autre, nous le savons aujourd’hui, que la fin des démocraties et la victoire de la barbarie !

C’est cet épisode crucial mais mal connu de la deuxième guerre mondiale que Laurent Portes retrace dans ce documentaire.  Grâce, bien sûr,  aux archives qui lui permettront de  resituer  l’instant T de la guerre durant lequel se situe cet épisode.

Prochains épisodes…

« Le jour où… De Gaulle a choisi la guerre », dimanche 27 septembre à 22h25.
« Le jour où… Roosevelt a choisi la guerre », dimanche 4 octobre à 22h25.

France 3 : Les blousons noirs, les rebelles sans cause

Blousons noirs

Un documentaire de 60′ d’Alexia Sauvageon et Christophe Weber,  réalisé par Laurent Portes et produit par Arnaud Hamelin/Sunset Presse.

Musique originale et mixage : Christophe Millet/Virtuel Audio.

Diffusion lundi 6 juillet à 22h25.

« Blousons noirs »  l’expression a gardé toute sa force évocatrice, où le cuir, la violence et le rock’n’roll s’allient pour raconter une époque située dans les années 50 et au début des années 60.

Il suffit du vrombissement de quelques motos sur une route de campagne et d’hymnes rock pour plonger 50 ans en arrière…

Un âge d’or, celui de la France des trente glorieuses, insouciante et heureuse, seulement perturbée par les excès d’une jeunesse turbulente, et de ses avatars les plus violents : les blousons noirs.

Ils s’appelaient Patrick, Jean-Pierre, Gérard… Tous avaient entre 15 et 16 ans, ils ont flirté avec la délinquance juvénile. Ils ont fait peur à la société, bousculé ses certitudes, refusé ses codes. Une révolte qui ne revendiquait rien ; Une rébellion qui ne défendait aucune cause.

Leurs idoles sont James Dean, qui s’est tué en pilotant sa Porsche, Gene Vincent, Eddie Cochran et le francophile Vince Taylor.

L’économie française est florissante et sa démographie explose. Les jeunes n’ont pas connu l’occupation. ils sont nés avec la victoire. Ils sont agités, bruyants, effrontés. Et pour les plus durs d’entre eux, les blousons noirs, provocateurs.

Entre 1959 et 1963, la presse régionale est pleine de faits divers, mettant en avant ces bandes de jeunes garçons dévoyés, violents, voleurs, violeurs, même. Une jeunesse qui semble Continuer la lecture de France 3 : Les blousons noirs, les rebelles sans cause